jeudi 26 avril 2018

J'ai mis du rose pour faire joli. C'est trop triste sinon tout ça.

Y'a du rose, ça fait joli, ça égaye un peu et ça fait genre, "ça va".
Mais tu vois, y'a le cactus aussi. Et lui, bah il est juste beau. Mais il pique.

Ma vie en ce moment c'est un peu pareil. Un beau sourire de façade (quoi que même ça j'ai encore du mal) et tellement de piquant à l'intérieur, t'imagine pas.

J'te jure, tu peux pas imaginer car ça fait mal de souffrir au quotidien. Comme c'est épuisant de se sentir impuissante pour soi même. C'est ça, je me sens impuissante, quoi que je fasse, quoi que je tente, que ce soit un rendez vous chez un thérapeute à 120 balles la séance ou une séance de méditation seule chez moi. Y'a rien qui marche, rien. Je souffre, encore, toujours, plus même. J'ai l'impression de régresser, de revenir 4 ans en arrière. Tout ce chemin parcouru pour .... quoi ? qui ?
Franchement, là je sais plus. 

Jte jure que je fais tout pour sortir la tête de l'eau, mais ces vertiges qui ne s'arrêtent pas, ces nausées qui vont avec, ces nuits de 9-10h où je suis toujours aussi épuisée au réveil, ces douleurs dans tout le corps, cette vision floue, ce cerveau qui part en couilles et qui te fait oublier le pourquoi tu étais devant ce putain de frigo, ces 47 kilos toute mouillée pour mon putain de mètre 70. Beaucoup de p**** je sais, mais sérieux, tu dirais quoi toi à ma place ?!
Jte jure que je suis bien entourée, mais bordel qu'est ce que je me sens seule face à ma souffrance, à ma détresse, à mes pleurs.

Ça devrait pas exister de souffrir autant, ça devrait pas exister de pas avoir de solutions, d'avoir autant de diagnostic que de médecin et de pas réussir à souffler un peu. Ça devrait pas exister de passer ses journées à chialer à se demander quand et comment on va sortir de toute cette merde que la vie nous inflige. Non ça devrait pas exister. Parce que c'est trop difficile. Parce que j'ai été forte pendant plus de 5 ans mais que là, tout de suite, j'y arrive plus.

Alors comme sur la photo, je mets du rose devant un cactus, du sourire sur mon visage, pour cacher que la vérité est plus piquante qu'on ne le croit.

mercredi 31 janvier 2018

L'hypersensibilité: cette force


L'hypersensibilité.

Ce mot est tellement cher à mon . Comment pourrait il en être autrement puisqu'il me définit entièrement.

Je le dis toujours être hypersensible c'est une peau blanche en plein soleil à midi sur la plage le 15 août sans crème solaire (et sans chapeau !!)  >> ça fait mal, ça donne des coups de soleil, ça gratte, ça pique, ça donne même des insolations.
Bref, le coup de massue. BIM.

C'est ça l'hypersensibilité. Vivre plus fort, pleurer plus fort, rire plus fort, souffrir plus fort, aimer plus fort, penser plus fort, cogiter trop fort. C'est la vie, en plus fort.

Je crois que l'on naît ainsi, que c'est inscrit dans nos gênes. Que nous sommes comme ça, on pourra l'être moins, l'être plus, en fonction de notre vie, de nos étapes de vie, de notre âge etc. Mais c'est ancré en nous.

Alors on va essayer de le cacher parfois, parce que c'est pas bien d'être hypersensible, ça dérange aussi, les autres surtout. Vous comprenez, ça fait un peu hystérique tous ces débordements, toutes ces émotions. Les gens ils ne sont pas habitués, ils n'ont pas appris eux. Si, ils ont appris qu'il fallait être fort dans la vie, et qu'est ce qu'on leur dit pour être fort: pas pleurer. Quelle absurdité !

Je suis hypersensible, je ressens tout plus fort, je peux passer des journées à cogiter sur un truc tellement banal, je peux m'extasier devant un joli paysage, je peux avoir les larmes aux yeux devant un petit chat, ou rire aux éclats pour rien du tout. Je supporte pas les endroits bruyants, je suis la chieuse qui demande partout où elle va déteindre les lumières et de baisser la télé. Je peux imaginer les pires scénarios pendant des jours pour un truc qui se passera au final très bien, je peux me rendre littéralement malade pour une parole déplacée, ou une remarque que je n'ai pas oubliée.

On pourra me reprocher toutes ces choses, me pointer du doigt si on veut, mais on ne m’enlèvera pas une chose: la force. Je suis tellement plus forte que tout ce que les gens peuvent penser. Loin de moi l'idée de me mettre "au dessus" ou d'avoir un égo surdimensionné. Mais je suis passer par des épreuves de vie que peu de personnes peuvent imaginer, et je suis toujours là, vivante, et pleine d'espoir. J'ai pleuré, des litres et des litres, mais je suis là bordel. Encore. Toujours. Alors oui, on peut être hypersensible, vivre des trucs vraiment pas cool, pleurer, penser que la terre va s'écrouler sous nos pieds et rester debout.

Ce n'est pas parce que l'on est hypersensible que l'on est faible. Nous avons une richesse que d'autres n'ont pas (l'égotrip est de retour^^): on ressent tout plus fort, les émotions, les gens, les endroits. Notre grande empathie fait de nous des oreilles plus qu'attentives, on sait écouter et surtout se mettre à la place des gens. Nous sommes plus conscients du monde qui nous entoure et je pense que de ce fait nous sommes plus reconnaissants de chaque instant de bonheur que la vie peut nous donner, aussi insignifiants soient ils...

Je pourrais encore en parler des heures, alors je vous laisse ...




lundi 15 janvier 2018

Faire des choix

Faire des choix.

De comment s'habiller le matin à  comment choisir sa voie professionnelle toute notre existence est dictée par nos choix. Les décisions que nous prenons influencent tout, tout le temps. Notre vie est définie en fonction de nos choix.

Souvent, j'ai peur de faire les mauvais choix, alors, j'attends, je pèse le pour et le contre, je demande l'avis d'approximativement 568741476 personnes, je n'en dors pas, je n'en mange plus. J'ai cette peur viscérale de faire les mauvais choix, de choisir la mauvaise option, et d'influencer ma vie entière avec ce choix. Le pire dans tout ça ?! Au fond de moi, je sais dès le début quelle option choisir, quel choix faire. Mais, c'est plus fort que moi, la peur, le manque de confiance, la pression, ont la plupart du temps raison de moi.

Ce processus, qui m'est propre, concerne également beaucoup d'entre vous j'en suis certaine (la team des hypersensibles doit se reconnaître ici). 

J'ai beau, avoir ce processus ancré en moi depuis toujours, je sais pertinemment qu'il n'y a pas de mauvais choix, pas de mauvaise option. Ce qu'on décide, à l'instant T est la meilleure décision pour nous à ce moment là. Comment pourrais t elle en être autrement puisque c'est notre décision, elle nous appartient. Et en aucun cas nous pouvons la considérer comme mauvaise, puisque c'est la nôtre.
Les autres oui, pourront toujours considérer, juger, donner leur avis sur vos choix, mais encore une fois, c'est leur avis à eux, leurs avis propres, leurs croyances, leurs limites.

Nous sommes tous différents, à tout niveau, nous pouvons nous comprendre plus ou moins, nous reconnaître en telle ou telle personne, mais vos choix resteront les vôtres.

Et je nous souhaite, d'être en paix avec tout cela aussi rapidement que possible et aussi longtemps que la vie nous le permette. Ne pas se laisser déborder par notre mental tellement envahissant et se rappeler que nos choix sont les bons car ils nous appartiennent.